Comment transformer un arbre en bonsaï (Yamadori) ?

bonsai_yamadori
Merci à Mike pour cette photo
http://www.flickr.com/photos/openeye/

Dans l’art du bonsaï, les Chinois ont donné un nom à la méthode qui consiste à prélever un arbre en pleine nature pour le transformer en bonsaï. Il s’agit du « Yamadori »,  « yama » signifie « montagne » et « tori » : « ceuillir ». Cela veut donc dire « prendre en montagne ».

Le Yamadori est une méthode peu coûteuse pour acquérir une bonne base de bonsaï mais c’est aussi la méthode la plus délicate. Vous pouvez trouver des Yamadoris en pépinières mais ils sont souvent très onéreux. Le plus simple est de les extraire dans la nature mais ce n’est pas permis partout.

Quel type d’arbre faut-il prélever ?  

Il faut savoir également que certaines espèces se prêtent plus difficilement au Yamadori que d’autres en raison de la fragilité de leurs racines.

Il y a deux grandes saisons pour prélever :

– le printemps (dans les régions à hiver assez rude comme en Belgique)

– l’automne (dans les régions à hiver plus doux).

Le prélèvement se fera au début du printemps pour les feuillus et à la fin du printemps pour les conifères.

L’automne est particulièrement plus favorable pour les conifères qui continuent à développer des racines tard dans la saison (jusqu’à une température de terre de 6°).

Quand faut-il prélever l’arbre en pleine terre ?

Il y a principalement deux moments pour prélever l’arbre, au printemps, lorsque vous êtes dans des régions ou l’hiver est vigoureux, et en automne dans le cas inverse.

Il est également important de tenir compte du type d’arbre, dans le cas des feuillus, il sera préférable de le faire au printemps.

Dans le cas des conifères, étant donné qu’ils continuent à développer leurs racines assez tard dans la saison, il est donc conseillé de les prélever en automne.

Comment prélever ?

Avant de vous attaquer directement à l’arbre, vous devez vous poser quelques questions :

Dans un premier temps, il sera nécessaire de vérifier l’état et le nombre de racines

La première étape est de creuser avec soin autour de l’arbre avec une bêche, en faisant attention à ne pas abîmer les racines.

Soulever délicatement l’arbre et déposez-le sur des torchons humides afin de garder les racines humides et veillez à enrouler les torchons autour des racines. Ensuite, l’arbre doit être mis en pot aussi vite que possible.

Pensez à récupérer une partie du substrat original lorsque vous avez déterré l’arbre, vous pourrez l’utiliser comme base pour préparer votre substrat dans le pot.

Pour la mise en pot, choisissez de préférence un grand pot avec des trous de drainage et remplissez le à ¼ avec du gravier et de l’akadama (50/50). Pour les ¾ restant, utilisez le terreau original mélangé avec de l’akadama dans un rapport (50/50).

Finalement, il vous suffit d’arroser abondamment l’arbre et d’observer souvent le substrat par la suite pour éviter qu’il ne se dessèche trop vite.

About Sebastien

Les bonsaïs étant une de mes passions, je partage mon expérience et mes découvertes sur ce blog afin d'aider tous les amateurs et autres passionnés de bonsaïs dans l'entretien de leurs arbres. Je dispose de plusieurs espèces à très bon prix, n'hésitez pas à me contacter si nécessaire.

Check Also

Comment obtenir des bourgeons à l’arrière d’ une branche ?

Lorsque vous souhaiter faire évoluer votre bonsaï et obtenir une ramification dense et importante, il …

2 comments

  1. Est-ce que ce serait possible de faire un bonsaï avec un jeune bouleau ? 😉

  2. Bonjour,
    J’ai déterré il y a un an un chêne qui poussait à l’ombre de la haie. Il faisait déjà 30cm. Belles racines grosses comme des doigts, 2-3. Une fois mis en pot, je l’ai placé dans le jardin au soleil… Résultat, quand je suis revenue des vacances d’été il avait perdu ses feuilles et semblait mort. J’ai pensé qu’il n’avait soit pas supporter d’être déterré soit qu’il avait eu trop chaud.
    J’ai replacé le pot à l’endroit où j’avais prelevé l’arbre et je l’ai laissé passer l’hiver là sans m’en occuper. Fin avril j’ai voulu utiliser le pot à d’autres fins, croyant mon chêne mort, quelle fut alors ma surprise en le renversant : Des bourgeons à toutes les branches ! Je l’ai immédiatement renus dans son pot et à sa place, les bourgeons se développent en feuilles.
    Mes questions :
    – je n’ai mis que du terreau dans le pot, devrais- je mettre du gravier au fond pour le drainage ? Ou autre chose ?
    – devrais-je ajouter un engrais, lequel ? Engrais liquide avec l’eau d’arrosage ? Ou autre ?
    – Faudrait-il que je procède à une coupe des branches ou des racines pour le maintenir petit ?
    – J’aimerais bonsaiser ce chêne pour l’emporter avec moi quand je quitterai l’Allemagne l’année prochaine, retraite, retour aux sources quelque part dans le sud de la France. C’est un peu un acte symbolique… Merci pour vos conseils !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *